Les Clippers arrivent à défendre le Staples Center

Oui, pour ceux qui ne savaient pas, il y avait du basketball de la NBA à la télévision hier soir, lorsque le Canadien s’est mérité son billet pour la finale de la Coupe Stanley.

Ayant essuyé deux revers pour lancer la finale de conférence de l’Ouest, à Phoenix, les Clippers ont évité le pire jeudi soir au Staples Center, alors qu’ils inscrivent également leur nom dans la colonne des victoires, par la marque de 106-92. La série étant désormais 2 à 1 en faveur des Suns, L.A. a laissé savoir que – même sans Kawhi Leonard – le favori pour devenir champion de l’association n’est peut-être pas aussi évident que d’abord cru. Tandis que Devin Booker et Chris Paul, qui revenait d’une absence de 11 jours (COVID-19), éprouvaient beaucoup de difficulté au tir, le collectif de Tyronn Lue a été plus efficace que celui de l’opposant. Quelles ont été les autres clés de cette victoire?

Cette édition des Clips devient donc la toute première de l’histoire à remporter trois matchs #3, après avoir tiré de l’arrière 0-2, dans le même cheminement éliminatoire. Elle l’a fait au son d’un pourcentage de réussite de 45% au tir – contre 38% pour les Suns – et 12 tirs convertis depuis l’arche (35%) – contre 30%. Ne sous-estimez pas les Clippers à 0-2.

Paul George a mené tous les marqueurs de la soirée, avec 27 points, 15 rebonds et 8 passes décisives, mais a lui aussi tiré le ballon avec un médiocre degré d’efficacité, soit 34.6% du terrain et 27.3% de la ligne des 3 points. Ses prouesses en fin de rencontre, ainsi que son effort sur absolument tous les plans, ont été instrumentaux pour Clippernation.

Il n’aurait cependant pas été en mesure d’aller chercher cette victoire seul, s’il n’avait pas obtenu un apport de qualité de la part de tant de ses collègues. Les noms de Reggie Jackson (23 points) qui poursuit la renaissance de sa carrière, Ivica Zubac (15 points, 16 rebonds, 2 blocs, +28) qui lui jouait avec férocité sous l’anneau et Terance Mann (12 points) ressortent du lot. Ce dernier a d’ailleurs fait preuve d’un niveau impressionnant d’énergie, comme c’était le cas pour Patrick Beverley. Ensemble, les deux guards ont donné du fil à retordre à Devin Booker avec leur défensive acharnée.

D-Book devait d’ailleurs composer avec un masque au visage et la douleur d’un nez cassé à trois endroits, mais n’avait tout de même pas d’excuse qui pouvait justifier ses 15 points sur un rendement de 23.8% et une récolte de 1/7 du périmètre. Son plus bas taux de réussite de l’année laisse deviner la pire performance de Booker lors des présentes séries, après avoir dominé tellement de matchs au fil de ce parcours.

On pourrait en dire autant du vétéran Chris Paul, qui n’a pas foulé les parquets depuis 11 jours et qui n’a pas impressionné à son retour au jeu, hier soir, laissant entrevoir un peu de rouille. Son tir ne trouvait pas la cible non plus, alors que ses 15 points arrivaient avec un taux d’efficacité total de 26.3%. Or, les 12 passes décisives qu’a enregistrées le Point God, en plus de 3 vols de ballon, nous rappelaient que CP3 sait avoir un impact sur une joute, en dépit d’une léthargie au lancer; un trait qui sera important pour son club s’ils rejoignent la finale.

Le binôme de backcourt devrait cependant se ressaisir en vue d’un important quatrième match, samedi le 26 juin, à 21h00. Phoenix ne veut pas permettre à son adversaire d’égaler la marque 2-2, mais c’est encore plus important pour l’équipe hollywoodienne de ne pas tomber dans un trou encore plus profond; un trou avec le potentiel d’être insurmontable si les vedettes de la Vallée du Soleil sont au rendez-vous.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 894