Le Canada amorce les qualificatifs du bon pied

Notre équipe masculine sénior de basketball participant au tournoi de qualification olympique est peut-être l’une des formations les plus talentueuses jamais assemblée par Basketball Canada, mais rien n’est encore gagné pour Luguentz Dort, Andrew Wiggins, RJ Barrett et compagnie. Certaines équipes du passé mettaient aussi de l’avant une excellente brochette de joueurs d’expérience, certains de la NBA, mais elles n’ont tout de même pas su gagner lorsque ça comptait : l’équipe masculine ne s’est pas qualifiée pour les Jeux olympiques d’été depuis 2000. Avec une victoire de 97-91 hier soir face à la Grèce, l’espoir d’une qualification est bien en vie, mais le travail ne fait que commencer.

Victoria, en Colombie-Britannique, est l’hôte du tournoi FIBA de qualification olympique pour le groupe A, et c’était également la scène d’une excellente performance d’Andrew Wiggins, mardi soir. L’ailier des Warriors de Golden State dans la NBA a fait honneur aux couleurs de sa nation avec 23 points, 6 rebonds et 2 passes décisives.

La jeune étoile montante des Knicks, RJ Barrett, s’est levée en deuxième demie pour y mettre 17 de ses 22 points totaux, en ne ratant que deux tirs après la mi-temps, dans l’objectif de compenser pour un début de match rocailleux pour les hommes de Nick Nurse. Une fois habitués de jouer les uns avec les autres, les Canadiens ont pu faire meilleure démonstration de leur athlétisme et talent supérieur en dominant la fin de la rencontre.

À titre de note, le père de Barrett, Rowan Barrett, faisait partie de l’équipe nationale à rejoindre les Jeux de Sydney, en 2000, où il a joué aux côtés de Steve Nash, maintenant parrain de RJ.

Konstantinos Mitoglou a mené les Grecs avec 14 points et 10 rebonds, dans un effort remarquable des visiteurs; ils menaient 50-46 avant de rejoindre les vestiaires. Cependant, la Grèce n’avait droit aux services que d’un seul des trois frères Antetokounmpo, Kostas. Les visiteurs ont bien lancé du périmètre, récoltant huit bombes à 3 points au fil de la première demie, mais la polyvalence offensive et défensive du Canada s’est ultimement avérée trop importante.

Nickeil Alexander-Walker des Pelicans mérite aussi qu’on souligne ses efforts de 18 points sur un rendement de 58.3%, c’est lui qui gardait son équipe à flot au début de la rencontre. Le seul Québécois de l’effectif, Luguentz Dort, ne s’est pas démarqué par ses 3 points, 3 rebonds et 2 vols de ballon, mais plutôt par ce qu’il sait faire le mieux : sa défense. Le Montréalais a été suffoquant de ce côté du terrain pour son pays, et a réellement eu un impact d’envergure sur le match, bien au-delà de la fiche de statistiques.

Après tout, l’escouade canadienne compte parmi ses rangs huit athlètes actuels de la NBA pour un total de 10 joueurs avec de l’expérience NBA. Nick Nurse, originaire de l’Iowa toutefois, est également un entraîneur-chef avec un CV bien garni; les hommes en rouge sont donc favoris de leur groupe, d’entrée de jeu.

Néanmoins, ils n’auront pas droit à l’erreur car seuls les vainqueurs du tournoi obtiendront leur billet pour Tokyo. Or, une victoire contre la Chine ce soir, mercredi le 30 juin à 19h00 – sur les ondes de CBC – permettrait au Canada de se garantir la première place du groupe A et de passer directement en demi-finale de la compétition, où la cohérence de ce groupe mis sur pied tout récemment sera mise à l’épreuve.

L’étape de demi-finale sera amorcée cette fin-de-semaine et s’annonce corsée; Nick Nurse et sa bande pourraient faire face à de rudes adversaires en la Turquie et la République tchèque. Nous en aurons plus sur le développement d’équipe Canada alors qu’ils poursuivent leur parcours vers les Jeux de Tokyo.

Traceuses de chemin

Pour la part de l’équipe féminine, Basketball Canada a dévoilé mardi l’alignement de 12 femmes qui porteront fièrement les couleurs du pays pour l’équipe sénior de basketball qui s’envolera en direction du Japon vers la mi-juillet. Le Canada s’est qualifié pour les Jeux à l’occasion d’un tournoi préparatoire de la FIBA à Ostend, en Belgique, au mois de février 2020, d’où les Canadiennes sont reparties invaincues.

Kia Nurse – reconnue pour son temps passé chez les Huskies de l’Université du Connecticut dans la NCAA, chez le Mercury de Phoenix dans la WNBA, ainsi que sur le plateau de TSN lors des mi-temps de quelques unes des joutes des Raptors – est l’une des têtes d’affiche de l’équipe. Originaire de Hamilton, en Ontario, Nurse participera aux Jeux olympiques pour la deuxième fois.

Visant le podium, cette formation compte trois athlètes qui seront triple-olympiennes, soit Natalie Achonwa, Miranda Ayim et Kim Gaucher. Cette édition des meilleures joueuses canadiennes est classée quatrième parmi la hiérarchie des nations, selon les classements mondiaux de FIBA; il s’agit de la meilleure cote de l’histoire. Suivez le cheminement de l’équipe féminine de basketball à Tokyo, dès le 22 juillet prochain.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 893