Le propriétaire des Hawks ne pense pas pouvoir garder ses meilleurs morceaux

Les Hawks d’Atlanta viennent tout juste de surpasser chacune des attentes à leur égard en atteignant la finale de la conférence Est, terrassant les Knicks de New York et les 76ers de Philadelphie au passage. Toutefois, le groupe d’hommes qui a permis à l’équipe de se rendre aussi loin en éliminatoires pourrait ne plus être le même, à l’aube de la saison 2021-2022. Du moins, c’est ce qu’a affirmé le gouverneur (propriétaire majoritaire) de l’équipe, Tony Ressler, à Chris Kirschner de The Athletic.

Malgré l’énorme potentiel de ce jeune alignement à l’Est, l’homme d’affaire au sommet de la hiérarchie des Hawks depuis 2015 a mis les partisans de sa franchise en garde : il pourrait être impossible à l’entre-saison de conserver tous les talents de la formation. Selon Ressler, c’est une question d’argent.

« C’est compliqué, évidemment, parce que nous essayons de convaincre les gens que nous sommes en train de construire quelque chose, mais sans se faire d’illusion, notre travail c’est de gérer une bonne business. » a-t-il avoué à Chris Kirschner. « Ce que nous essayons d’accomplir est également de conserver nos meilleurs joueurs, comme vous pouvez imaginer, rendant clair que nous allons devoir débourser beaucoup plus que cette saison. C’est ce à quoi nous nous attendons, totalement. Je ne pense pas que nous allons pouvoir garder chacun des joueurs que nous voulons garder. (J’ai une) plutôt bonne supposition qu’on ne pourra pas le faire. »

Direct et honnête, le gouverneur de la concession de Géorgie admet implicitement que certains joueurs qui demanderont trop cher sur le marché des joueurs autonomes pourraient être laissés derrière; et le plus gros nom associé aux commentaires de Tony Ressler est inévitablement celui de John Collins.

Le power forward de 23 ans amassait 17.6 PTS et 7.4 REB par rencontre au dernier calendrier régulier, soit des statistiques inférieures à l’année précédente. Il obtiendra le statut de joueur autonome sous restriction cet été après avoir échoué à s’entendre avec son organisation pour une prolongation de contrat.

Le joueur des Hawks deviendra inévitablement l’un des cinq athlètes les plus prisés du circuit lors du marché des agents libres, et malgré sa progression stagnante – voire, sa régression – ses services à titre de poseur d’écran rim runner avec de bonnes qualités défensives, au tir et à l’anneau, parfait pour un club voulant prétendre au titre dans les prochaines années, seront en demande.

Or, Collins visera haut. Peut-être trop haut, puisqu’il a refusé de paraffiner une extension de 90 M$ avec l’état-major d’Atlanta. L’athlétique intérieur est un jeune talent très prometteur qui pourrait attirer l’œil de plusieurs à travers la NBA, mais il sera non sans offre de la part de Travis Schlenk, directeur général des Hawks, qui a confirmé vouloir aller de l’avant avec JC, plutôt que sans. La balle est possiblement dans le camp des Hawks.

Rejoignant leur coéquipier cet été, Tony Snell, Solomon Hill et Lou Williams seront aussi libres, alors que Kris Dunn devra faire une décision quant à son option de joueur. Il y aura beaucoup de pain sur la planche pour Ressler, Schlenk et compagnie, eux qui pourraient facilement être contraints de dépasser la taxe de luxe en vue de ramener certaines pièces importantes, s’ils souhaitent prétendre aux grands honneurs à nouveau bientôt.

À lire :

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 893