Giannis ramène les Bucks dans la série

Si l’histoire du match #3 de la finale de la NBA entre les Suns et les Bucks était d’abord rédigée par Deandre Ayton au début de la rencontre, Giannis Antetokounmpo a rapidement pris le dessus et écrit son propre récit alors qu’il dominait ses opposants, particulièrement en deuxième demie. À l’occasion d’une soirée léthargique pour Devin Booker, le Greek Freak a reçu davantage d’aide de la part de ses principaux complices. Résultat : une dégelée de 120-100 administrée par Milwaukee en sol familier et, conséquemment, une foule en délire au – et autour du – Fiserv Forum.

Giannis se levait à nouveau dimanche soir pour s’illustrer comme le meilleur joueur sur le terrain – et de loin. Ses 41 points, 13 rebonds et 6 passes décisives sont venus sur des rendements de 60% des parquets (14/23) et 76.5% aux lancers francs (13/17) pour signer une performance digne des plus grands. Il récolte 40 points ou plus et 10 rebonds ou plus pour la deuxième partie consécutive.

D’ailleurs, Giannis ne devient que le deuxième athlète de l’histoire à enregistrer de telles statistiques consécutives en finale. Shaquille O’Neal est le seul autre joueur à avoir accompli le fait d’armes.

Depuis l’an 2000, seuls cinq noms peuvent être identifiés dans la liste de joueurs avec des performances de 40 points ou plus, 10 rebonds ou plus et 5 passes ou plus en finale de la NBA. Shaq l’a fait deux fois, LeBron James un grand total de cinq fois, Kevin Durant, Jimmy Butler et maintenant Giannis l’ont tous accompli à une reprise.

Dans l’objectif d’illustrer le pouvoir de la famille, Thanasis Antetokounmpo a également rejoint le match en fin de soirée pour disputer une minute de jeu. Il n’a pas marqué, mais lui et son frère cadet ont combiné « leurs efforts » pour représenter le duo de frères avec le plus haut total de points combinés dans l’histoire des finales… Faites de ce fait ce que vous en voudrez.

De façon incroyable, le power forward étoile de Bucks a désormais plus de matchs de 40 points ou plus à son CV, lors de l’étape ultime des séries, que Kevin Durant, Stephen Curry, Kobe Bryant, Tim Duncan, Larry Bird, Karl Malone, Kareem Abdul-Jabbar et Wilt Chamberlain. Rappelons que le Freak subissait une hyperextension au genou il n’y a qu’un peu plus d’une semaine. S’il ressentait de l’inconfort au genou dimanche, c’était inapparent.

Le combat qui s’est terminé largement en faveur des locaux n’a cependant pas été si unidirectionnel, tout au long de la joute. Deandre Ayton qui a terminé sa soirée de travail avec 18 points, 9 rebonds et 2 vols de ballon connaissait un excellent 2e quart-temps, avant d’être sujet à un problème de fautes; il n’a pu jouer que 24 minutes.

Le jeune pivot de 7 pieds continuait de se démarquer comme option de qualité sous l’anneau et se hisse tranquillement parmi l’élite des centres de la NBA, à seulement 22 ans. Comme il devait composer avec plusieurs fautes personnelles à sa fiche, cependant, il ne pouvait pas défendre Giannis très souvent, ce que Jae Crowder avait comme mission d’accomplir. Ce ne fût pas tâche facile pour l’ailier.

Tout de même, le vétéran – seul membre des Suns avec de l’expérience en finale – contribuait adéquatement du côté offensif du ballon avec 18 points, tous du périmètre. En effet, le franc tireur convertissait hier six de ses sept tentatives de la ligne de 3 points, et n’a pas tenté sa chance d’ailleurs sur le terrain.

Malheureusement pour la troupe de Monty Williams, personne n’a marqué plus que Crowder et Ayton, mis-à-part Chris Paul qui mettait 19 points et 9 aides sur un bon taux d’efficacité de 57%. Le Point God n’a pas su monter le genre de prestation magistrale à laquelle son équipe s’attendait – alors que Booker ne répondait pas à l’appel – et le match est finalement à oublier pour le meneur du club.

À titre de note, Chris Paul présente un curieux bilan de 1-12 lorsque l’officiel Scott Foster est l’arbitre en chef, en séries. Les deux hommes sont connus pour ne pas entretenir une très joviale relation, ce qui peut être appuyé par ce fait cocasse.

Tout de même, quelques uns des jeunes joueurs de Phoenix ont joué avec fougue au Fiserv Forum : Mikal Bridges, Cameron Payne, Frank Kaminsky et Cam Johnson. Ce dernier a volé la vedette non seulement avec 14 points et 5 rebonds en sortie de banc mais surtout grâce à ce dunk spectaculaire – possiblement le jeu de la finale, jusqu’à présent.

Plusieurs joueurs de second plan ont répondu présents pour Milwaukee aussi. On pense notamment à Pat Connaughton (8 points, 3 rebonds, 4 assistances), PJ Tucker (7 points, 3 rebonds, 2 vols) et Bobby Portis (11 points, 8 rebonds) qui avaient un impact bien au-delà de la feuille de statistiques au match #3, particulièrement Portis qui a entendu son prénom être scandé par la foule.

Or, la victoire aurait été impossible pour la franchise du Wisconsin sans les apports de Jrue Holiday et Khris Middleton. C’est d’autant plus vrai pour le point guard titulaire de cette formation qui brillait à nouveau d’un point de vue défensif, mais qui combinait également à sa défense 21 points, 5 rebonds, 9 passes, 1 vol et 1 bloc en réussissant cinq tirs à 3 points sur 10 essais.

Après ses décevantes productions aux premier et deuxième matchs, Holiday faisait taire ses détracteurs. À l’aile, Middleton connaissait peut-être un match de basket un peu plus difficile en convertissant seulement six de ses 14 lancers, mais ses 18 points, 7 rebonds et 6 passes étaient cruciaux alors qu’il se remettait lui aussi d’un plus rude face-à-face au dernier match.

Confiants suite à cette domination, les Bucks tenteront de niveler la marque à deux victoires partout, dès mercredi le 14 juillet à 21h00, toujours au Wisconsin. Il sera intéressant de voir si Antetokounmpo parviendra à enfiler une autre performance monstre, ou si l’éveil de Chris Paul et/ou Devin Booker surprendra le Fear the Deer.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 893