Zach LaVine veut demeurer à Chicago

Grâce à une amélioration constante d’année en année, Zach LaVine est parvenu à se hisser jusqu’au statut de joueur étoile dans la NBA, arborant les couleurs des Bulls de Chicago depuis 2017. En entrevue à l’occasion du dernier épisode du podcast de Bulls Talk (NBC Sports), l’All-Star a d’ailleurs fait part de son désir de demeurer là où sa carrière a pris son envol, à Chicago – en plus d’adresser son expérience avec la fameuse Team USA, entre autres sujets.

Vous pouvez écouter l’épisode complet ci-bas :

Le shooting guard des Bulls disputera la dernière saison apposée à son contrat en 2021-2022, lorsqu’il deviendra éligible pour une prolongation très lucrative. Sans doute, Zach LaVine visera possiblement le maximum – soit environ 30 M$ par année selon ce que prédisent les experts – en vue d’une extension, mais pourrait devenir joueur autonome lors de l’entre-saison de 2022 s’il est insatisfait de sa situation à Chicago.

Depuis sa signature en Illinois en 2018, l’athlétique joueur de 6 pieds 5 pouces se méritait 19,5 M$ par année dans le cadre d’une fiche de 78 M$ pour quatre ans. Il s’agit de l’un des meilleurs rapports production-prix de toute la NBA; il s’est mérité un contrat maximal avec son jeu de niveau All-Star.

C’est donc une telle récompense que viserait le représentant olympique des États-Unis, et il n’est pas gêné de l’avouer publiquement.

« En autant que ce soit fait je serai content. Je veux demeurer avec les Bulls […] Je veux être ici à long terme. »

– Zach LaVine

Malgré cette affirmation, LaVine s’est toutefois montré ouvert à l’idée de faire certains compromis dans l’objectif plus noble de permettre aux dirigeants du club de construire un effectif digne de prétendre au titre. L’idée d’accepter un chèque de paye légèrement réduit afin de donner plus de flexibilité à Marc Eversley (directeur-général), John Paxson (conseiller aux opérations basketball), Arturas Karnisovas (vice-président, opérations basketball), ainsi que Jerry et Michael Reinsdorf (propriétaires/gouverneurs).

Nous verrons bien si la vedette de l’équipe tiendra parole ou si elle optera plutôt pour le pactole comme Zach l’a d’abord mentionné – ou même s’il nous surprendra tous en se rendant libre sur le marché en 2022. Néanmoins, peu importe sa décision, le succès des Bulls sur le terrain devra être au rendez-vous dès le prochain calendrier régulier.

Chicago a légèrement déçu sa base partisane en 2020-2021, ratant les séries éliminatoires à nouveau en s’excluant du tournoi de play-in de justesse : ils ont terminé la campagne avec un bilan de 31-41, bon pour la 11e place de l’Est. Après avoir fait l’acquisition d’un deuxième joueur étoile en Nikola Vucevic à la date limite des transactions. Les attentes étaient de faire les séries, au minimum, pour cette jeune édition des Bulls.

Or, LaVine n’est pas entièrement à blâmer pour les insuccès des siens; il s’est démarqué de 27.4 PTS, 5.0 REB, 4.9 AST par match et un taux de réussite de 42% de la ligne des 3 points, en 8.2 lancers du périmètre par rencontre.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 892