Cavaliers : Kevin Love ne veut pas faire racheter son contrat

Même si tout indique que ce sera difficile pour lui de prospérer à Cleveland, Kevin Love persiste et signe : il ne souhaite pas négocier avec les Cavaliers au sujet d’un éventuel rachat de contrat.

Adrian Wojnarowski du réseau ESPN a contacté Jeff Schwartz d’Excel Sports samedi. Schwartz, qui représente l’ailier fort de 32 ans, a indiqué « qu’il n’y avait eu aucune discussion avec Cleveland pour un rachat, et qu’il n’y avait aucun intérêt de Kevin [Love] pour un rachat. »

Et pourtant, toutes les conditions sont rassemblées pour que les Cavs en arrivent à entreprendre ce genre de démarches. D’abord, il y a le fait que le vétéran vient de connaître l’une des pires saisons de sa carrière. Ayant affiché des moyennes de 12.2 PTS, 7.4 REB et 2.5 AST, Love n’a accumulé que 25 apparitions la saison dernière puisqu’il a été incommodé par une blessure au mollet.

Ancien joueur de calibre All-Star et même All-NBA, Kevin Love n’est plus aussi productif qu’il l’a été depuis son arrivée dans la ligue, en 2008. La dernière a même été ponctuée de son pire rendement en termes de PER, statistique avancée mesurant l’efficacité général d’un joueur.

Il y a ensuite l’élément du salaire. Les Cavs lui doivent encore 60 millions de dollars américains sur les deux prochaines saisons, une somme largement trop élevée pour ce qu’il apporte à l’équipe depuis quelques temps.

Clairement devenu un boulet salarial pour une équipe qui tente tant bien que mal de se reconstruire, Love n’a plus rapport avec la chronologie de l’équipe. On a même tenté de le transiger à plusieurs reprises au cours des dernières années, mais toujours sans succès. Son camp refuse tout de même de saisir le message.

Et il y a finalement les ajouts récents. Ayant perdu les services passagers d’Andre Drummond au porfit des Lakers de Los Angeles, les Cavaliers ont ajouté de la valeur à leur frontcourt dans les derniers mois. Le centre Jarrett Allen a été acquis des Nets en janvier, le centre Evan Mobley a été repêché au troisième rang en juillet et l’ailier fort Lauri Markkanen a fait le voyage depuis Chicago vendredi.

Avec l’ajout de tout ce beau monde, difficile de trouver des minutes pour un gars qui vieillit et qui se blesse, même s’il a notamment contribué à la légendaire conquête de 2016 contre les Warriors « 73-9 ».

S’il avait opté pour un rachat de contrat à la suite de la venue de son compère finlandais, Kevin Love aurait permis à Cleveland de sauver de l’argent et se serait donné la possibilité de signe avec n’importe quelle équipe.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation.Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 777