Paul Pierce aurait pu devenir un Maverick en 2007

En 2007, Paul Pierce aurait pu rejoindre les Mavericks de Dallas. Ainsi, les Celtics n’auraient jamais pu remporter leur bague l’année suivante, tandis que les Mavs auraient hérité du potentiel de devenir une dynastie. Explications.

Dans une récente chronique pour Sports Illustrated, le journaliste Chris Mannix a révélé qu’une entente impliquant le départ de Pierce pour Dallas avait presque abouti. La volonté de s’y rendre partait d’ailleurs de Pierce lui-même. Plusieurs comptes de basketball ont repris la nouvelle sur Twitter.

C’est là que Mark Cuban, propriétaire des Mavericks depuis l’an 2000, s’est invité dans l’histoire. Connaissant des détails sur ce marché avorté, l’homme d’affaires a révélé sur Twitter qu’il avait failli mettre la main sur le small forward étoile via une transaction à trois équipes.

« Toutes les équipes avaient accepté leur partie de l’entente. Lorsque nous avons fait l’appel commun, la troisième équipe a tué l’échange parce qu’ils ne savaient pas que les Celtics obtiendraient un choix de premier tour. Ils ont choisi de ne pas faire l’échange du tout. »

– Mark Cuban, via Twitter

L’identité de ce troisième club demeure inconnue à ce jour, de même que les autres éléments impliqués. Ce qu’on sait, c’est que le troisième directeur-général aurait pu priver les Celtics d’un championnat. Car si Paul Pierce quitte en 2007, on ne sait pas si Kevin Garnett est échangé au Massachussetts – et il y a évidemment fort moins de chances de triompher en finale l’année suivante.

Celui qu’on surnomme The Truth se serait ainsi joint à une formation comptant déjà sur Dirk Nowitzki (alors MVP de la ligue), Jason Terry, Devin Harris et Jerry Stackhouse.

L’ailier Josh Howard, partant régulier qui a connu sa seule saison All-Star en carrière lors de la saison 2006-2007, aurait probablement fait partie de l’ensemble proposé par les Mavs en retour de Pierce.

Déjà champions « Cendrillon » de la NBA en 2011, les Mavs auraient peut-être bien pu empocher quelques titres de plus avec un joueur de cette trempe. Ceci dit, l’ère des « superteams » aurait débuté quelques années plus tôt que prévu.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation.Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 777