Le plafond salarial pourrait atteindre des sommets inédits (jusqu’à 170 M$)

Une nouvelle entente télévisuelle serait sur la table devant les dirigeants de la NBA et, si Adam Silver et ses collègues devaient l’accepter, pourrait valoir près de 75 milliards de dollars, selon Morten Stig Jensen de Forbes Sports. Les joueurs du circuit, qui empochent environ 50% des revenus de la ligue, seraient les bénéficiaires principaux de ce nouveau contrat massif, car le plafond salarial pourrait connaître un bond historique – jusqu’à 171 M$ en 2025, selon des projections prématurées.

La dernière fois qu’une deal de droits télévisuels a été signée entre la NBA et ses partenaires ESPN et Turner, en 2014 – mais prenant effet dès 2016 –, une augmentation de 24 M$ du plafond a donné lieu à des contrats et prolongations pharamineux pour les athlètes de la ligue, dont plusieurs toujours qualifiés d’horribles à ce jour.

Cette transition aussi brusque a eu lieu parce que l’Association des joueurs (NBPA) a refusé d’incorporer une notion de « cap smoothing » (intégration graduelle), qui aurait plutôt vu le plafond grimper petit à petit d’année en année.

Désormais, les pourparlers en vue d’un renouvellement en 2025 sont déjà amorcés et, selon Forbes Sports et Jabari Young de CNBC, ce sont 75 milliards de dollars américains qui seraient en jeu, offrant à l’association un revenu approximatif de 8,3 G$ par année. À titre comparatif, la NFL a signé une entente télé de 113 G$ pour 11 ans.

À supposer que les joueurs n’optent pas pour une augmentation graduelle du cap, un bond de presque 50 M$ est à envisager alors que chacun des 30 clubs aura 171 M$ (estimation d’experts) à distribuer. Une explosion d’une telle envergure n’a jamais été observée dans l’histoire de la NBA.

Si la NBPA décide cependant d’y aller avec une intégration par cap smoothing, les chances sont que des croissances annuelles d’environ 15 M$ du plafond auront lieu tout au long du contrat – qui pourrait perdurer durant neuf ans.

Or, les négociations concernant le Collective Bargaining Agreement (CBA) entre la ligue et son Association de joueurs ne seront pas poursuivies avant l’été 2022, où l’idée du cap smoothing sera fort possiblement le sujet de l’heure.

Rien n’est encore coulé dans le béton, mais il faut s’attendre à ce que plusieurs millions de dollars d’extra seront distribués à l’été 2025, ainsi qu’un bon nombre de joueurs qui requerront des options de joueurs à leur contrat respectif pour cette année-là. De plus, cette projection aidera sûrement les équipes à faire leur décisions quant aux prolongations de jeunes joueurs qui leur restent à signer d’ici là, puisqu’ils seront moins hésitants à sortir les gros chéquiers.

Nous en aurons plus sur la situation du plafond salarial de la NBA et son prochain contrat télévisuel alors que plus d’information est rendue disponible.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 911