Tour d’horizon de la NBA – 20 octobre

Si la soirée inaugurale de la saison 2021-2022 de la NBA n’affichait que deux rencontres, mercredi le 20 octobre présentait un total de 11 matchs à travers le circuit, tous plus enlevants les uns que les autres. Du retour officiel des Raptors à Toronto – après 600 jours d’attente –, à un véritable classique entre les Knicks et les Celtics au Madison Square Garden, en passant par une récolte de 132 points par les Grizzlies et d’une panoplie d’impressionnantes performances individuelles; la soirée d’hier en avait pour tous les goûts.

D’abord, le match #1 de l’année des Raptors de Toronto avait plusieurs éléments, autant positifs que négatifs, à être retenus. Oui, les Raps ont foulé les parquets du Scotiabank Arena pour une rencontre de saison régulière pour la toute première fois depuis le mois de mars 2020, mais la célébration a cependant connu une finale décevante en terminant sur une note de défaite, au compte de 98-83 face aux Wizards de Washington.

Bradley Beal et Montrezl Harrell dominaient le périmètre et la clé, respectivement, avec 23 points et 4 vols de ballon pour le shooting guard étoile de l’équipe, puis 22 points et 9 rebonds du tout nouveau centre réserviste des Wizards. Autant Harrell que Daniel Gafford ont mis en évidence une lacune de leurs opposants sous l’anneau : leur manque de taille.

Un autre des problèmes qui seront à régler cette année chez les hommes de Nick Nurse est au niveau offensif. Les Raptors auront peut-être le potentiel de devenir l’une des meilleures unités défensives de la ligue, mais sans Pascal Siakam, les paniers se font rares. Pour illustrer ce souci, aucun membre du club n’a su marquer plus de 12 points mercredi soir, total qu’ont atteint Fred VanVleet et Scottie Barnes.

Heureusement pour les partisans de Toronto, le quatrième choix total au dernier encan continue de faire d’excellentes démonstrations de ses talents des deux côtés du ballon, et OG Anunoby a encore une fois donné quelques indices du bond qu’il connaît entre 2020-2021 et 2021-2022, même s’il n’a récolté que 11 points et 10 rebonds. Il y a du travail sur la planche pour cette jeune formation, mais ce sont des mois agréables qui se dessinent à l’horizon.

Les Bulls de Chicago et les Pistons de Detroit étaient également en action tôt dans la soirée et le trio d’étoiles offensives des visiteurs n’aurait pas pu sauter aux yeux davantage alors que Zach LaVine, DeMar DeRozan et Nikola Vucevic combinaient leurs efforts pour un total de 56 points.

Superstar de Chicago, LaVine en a signé 34, sur un rendement de 64.7% du terrain. Sans équivoque, les Bulls vont être « le fun » cette année et présenteront du basketball fort divertissant.

En l’absence de Cade Cunningham (cheville), Jerami Grant portait encore à merveille le chapeau de créateur offensif pour les Pistons avec 24 points et 6 rebonds à sa fiche dans une défaite 94-88 à Detroit.

Ceux qui s’ennuyaient des talents de LaMelo Ball ont été choyés par la Recrue de l’année en titre hier lorsqu’il a mené une intéressante formation des Hornets de Charlotte vers une victoire in extremis contre les Pacers de l’Indiana. Melo a lancé son année sophomore du bon pied au son de 31 points, 9 rebonds, 7 passes décisives et 2 vols et en égalisant son record personnel de 3 points réussis en un match avec sept.

Gordon Hayward l’a épaulé à merveille avec 27 points alors que Malcolm Brogdon et Domantas Sabonis étaient monstrueux de l’autre côté pour Rick Carlisle : le premier du duo cumulait 28 points et 11 assistances tandis que son acolyte ajoutait 33 points et 15 rebonds.

Or, la prestation la plus surprenante du côté des Pacers était plutôt signée Chris Duarte. La recrue native de Montréal en a mis plein la vue à ses débuts en mettant 27 points, touchant la cible à six occasions en neuf tentatives du périmètre. Le nouvel entraîneur-chef de l’Indiana semble lui faire suffisamment confiance pour même l’inclure au sein du 5 partant.

L’ailier devient la première recrue des Pacers à inscrire une telle ligne de statistiques depuis Jamaal Tinsley en 2002. Marque finale : 122-123.

Les 76ers de Philadelphie sont débarqués en Nouvelle-Orléans et ont tout cassé mercredi derrière quatre individus avec 20 points ou plus à leur compte – une première dans l’histoire de l’équipe. Ben Simmons étant suspendu, Joel Embiid a mis 22 points et 6 rebonds sur la table en 25 minutes de jeu; Tobias Harris et Tyrese Maxey ont chacun ajouté 20 de leurs propres points.

La clé de la victoire était néanmoins Furkan Korkmaz pour Philly qui a pris feu au 2e quart-temps de la ligne extérieure avec trois tirs à 3 points réussis en deux minutes. Ses 22 points totaux sur un taux d’efficacité de 100% de l’arche ont aidé les siens à prendre une avance confortable et à ne plus jamais regarder vers l’arrière.

Brandon Ingram était l’un des seuls aspects positifs du match pour les locaux, lui qui tentait de mener cette unité sans Zion Williamson avec 25 points, 7 rebonds et 6 passes. Le Canadien Nickeil Alexander-Walker n’a pas mal fait non plus en inscrivant 23 points. Les pelicans amorcent l’année avec un bilan de 0-1, défaite 117-97.

« Wow » est un des rares mots qui décrit adéquatement ce qu’accompli Ja Morant sur un terrain de basketball. Le point guard des Grizzlies de Memphis n’a pas chômé durant la saison morte, lui qui revient en force à raison de 37 points, 6 rebonds, 6 passes décisives et 2 blocs, le tout en convertissant 58.6% de ses 29 lancers – son plus haut total de tentatives en carrière.

En 28 minutes de jeu comme partant, Jarrett Allen s’est démarqué à l’aide de 25 points et 3 tirs bloqués pour Cleveland. À noter également que JB Bickerstaff a fait confiance à Evan Mobley au 4 et à Lauri Markkanen au 3 pour former son frontcourt. La recrue du club a donc mis 17 points en 38 minutes d’opportunité.

Seulement 30 points combinés de Collin Sexton et Darius Garland n’ont pas aidé les chances des Cavs qui se sont inclinés 121-132 mercredi soir.

Dans un match-up à saveur beaucoup très jeune, Jalen Green et les Rockets croisaient le fer avec Anthony Edwards et les Timberwolves à Minneapolis. Une démonstration dominante du big three de Karl-Anthony Towns, D’Angelo Russell et Ant-Man a enflammé le Target Center hier soir en signalant la venue d’une excellente saison pour les Wolves.

C’était 81 gros points que récoltaient les trois joueurs vedettes du club prêt à prendre un grand pas vers l’avant, dont 29 de la part d’Edwards. Malgré un 4e quart de 35 points de la part des adversaires et un total de 16 pour Christian Wood, des rendements assez faibles pour les Rockets ont été ce qui a permis au Minnesota de l’emporter 106-124. Ça n’aide pas non plus que Jalen Green présentait une cote de -37…

Maintenant, à titre de pièce de résistance : l’affrontement de prolongation double entre les Celtics de Boston et les Knicks a rendu le Madison Square Garden de New York totalement électrique. Il aura fallu 58 minutes pour que les Knicks défassent Boston en se défendant contre 46 points de Jaylen Brown qui établissait un nouveau record personnel.

Julius Randle lui a livré duel avec 35 points, 8 rebonds et 9 passes dans cette rencontre classique qui sera à détrôner comme match le plus excitant de l’année. Le Français Evan Fournier a d’ailleurs enfilé quelques tirs à 3 points des plus clutchs en fin de soirée pour soutenir l’espoir de victoire des siens, contre son ancien club. Ses 32 points représentent le meilleur début de l’histoire pour un Knick.

Sur une moins bonne note, Kemba Walker n’a pas connu le retour escompté au MSG avec 10 points et quelques difficultés au tir, tout comme Jayson Tatum n’a pas été à la hauteur du moment avec 20 points sur un taux de conversion de seulement 7/30.

Tout de même, cette partie entre deux rivaux de la division atlantique avait tous les éléments pour devenir un classique du 75e calendrier régulier de la NBA. Et on n’en est qu’au deuxième soir d’activité!

Dans un autre combat lui plus unidirectionnel, le puissant Jazz de l’Utah a infligé une raclée au Thunder d’Oklahoma City avec un jeu d’équipe remarquable. Bojan Bogdanovic et Jordan Clarkson se sont levés comme les pointeurs principaux du Jazz, grâce à 22 points et 18 points respectivement, mais quatre de leurs coéquipiers avaient 10 ou plus dans la colonne des points également.

Shai Gilgeous-Alexander ajoutait 18 points dans un effort perdant à Salt Lake City, marquant avec aise à plusieurs niveaux. Ce revers racontera possiblement l’histoire de cette campagne pour OKC qui manque simplement de force de frappe pour rivaliser en cette période de reconstruction. Marque finale : 86-107.

Ensuite, c’était au tour du Magic d’Orlando et des Spurs de San Antonio de se disputer une excellente rencontre interconférence et c’est la jeunesse qui était assurément la thématique de l’événement. Jakob Poeltl (12 points, 13 rebonds), Dejounte Murray (15 points, 8 aides, 4 vols), Keldon Johnson (15 points), Derrick White (16 points), Lonnie Walker (17 points) et le sophomore Devin Vassell (19 points) étaient tous instrumentaux dans la victoire pour Gregg Popovich.

Cette campagne de transition s’avérera possiblement plus prometteuse que prévue du côté des Spurs qui construisent un noyau fort intrigant pour l’avenir. La question cependant est la suivante : est-ce que ce groupe est digne d’une place en séries? Dans l’Ouest actuelle, c’est peu probable.

Orlando n’a pas énormément d’espoir de faire les éliminatoires non plus, et tentera préférablement de développer son jeune bassin de talent incluant Mo Bamba (18 points, 4 blocs), Wendell Carter (13 points, 8 rebonds) et Jalen Suggs (10 points), entre autres. Ils s’inclinaient toutefois 97-123 hier à San Antonio.

L’énorme clash entre deux puissances de la conférence occidentale est peut-être tombé en faveur Nuggets de Denver, mais cela ne veut pas dire pour autant que les Suns ne quittent pas le Footprint Center avec quelques apprentissages.

Nonobstant, il s’agissait d’une chance pour le MVP en titre du circuit d’obtenir un certain degré de revanche pour l’élimination en quatre matchs de l’été dernier. Nikola Jokic l’a fait au son de 27 points, 13 rebonds et 2 interceptions de ballon, en comptant sur 20 points de Will Barton et 15 de Michael Porter Jr.

Chris Paul et son double-double de 15 points et 10 passes ont quelque peu compensé pour les décevants 12 points de la part de Devin Booker, mais en vain. Quelques joueurs portant officiellement leur maillot des Suns pour la première fois ont cependant montré de belles choses, dont JaVale McGee et Landry Shamet.

Les deux concessions du sud-ouest américain se rencontreront possiblement dans un scénario d’une plus haute importance lorsqu’arrivera la prochaine danse du printemps. À suivre. Marque finale : 110-98.

La dernière des joutes de basketball de la soirée chargée du 20 octobre – et non la moindre – a mis en vedette une géniale performance de CJ McCollum qui supplantait les 20 points de Damian Lillard pour mener les Trail Blazers de Portland contre les Kings de Sacramento. Ces derniers ont toutefois eu le dessus sur les locaux de l’Oregon.

McCollum a totalisé 34 points, 6 rebonds et 3 vols de ballon en réussissant six de ses 11 lancers périphériques, lui qui excelle en début de saison, d’année en année. Par contre, la « star du show » portait les couleurs des Kings mercredi à Portland – et il s’agissait d’un joueur un peu inattendu.

Le vétéran Harrison Barnes était tout feu tout flamme en fracassant son sommet personnel de points en une rencontre et de 3 points en une rencontre. Ce sont ses 36 points et huit triplés qui ont cloué le cercueil des Blazers, non sans une aide importante de De’Aaron Fox au rythme de 27 points et 8 assistances.

Tout comme c’est le cas pour les T-Wolves, Sacramento a beaucoup à prouver cette année dans une rude conférence qui n’épargnera personne; le niveau de jeu des Kings est certain d’augmenter d’un cran en 2021-2022, mais ce ne sera probablement pas suffisant pour atteindre la prochaine étape, malheureusement.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 982