L’efficacité à un inhabituel bas niveau depuis le début de la saison

Avec le mois d’octobre qui se conclut ce soir, quelques statistiques et tendances ressortent de ces premières semaines d’activités. Parmi celles-ci, notons une baisse importante du côté des lancers francs et de l’efficacité offensive des joueurs. Des ingrédients qui font en sorte que l’attaque de la ligue a quelque peu ralenti.

Tout d’abord, en ce qui a trait aux lancers francs, ce n’est véritablement pas une surprise. C’était attendu que les nouveaux règlements pour éradiquer certains comportements causant une faute allaient avoir un impact direct et visible.

Au moment d’écrire ces lignes, la saison 2021-2022 a accumulé le plus petit nombre de lancers francs par match dans l’histoire de la NBA. En comparaison, l’an dernier, toutes les équipes en ont maintenu une moyenne globale de 21.8 par rencontre. Ce nombre a diminué à 20 depuis le début de cette campagne. Une baisse qui semble mince, mais lorsqu’elle est appliquée sur 30 équipes et 82 parties, ça fait une énorme différence.

Les meilleurs pointeurs au monde sont ceux qui sont le plus durement affectés par ce vent de changement, d’ailleurs :

Par la suite, si le volume des lancers francs est en baisse, les autres facettes perdent aussi de leur efficacité. Avec un taux de .445 au chapitre du pourcentage global de tirs (FG%), les 30 formations du circuit Silver sont en voie de toucher un creux jamais vu depuis 2003-2004 (.439). Juste rappeler le fait que les Bobcats de Charlotte (maintenant les Hornets) n’existaient pas encore à cette époque.

Toutefois, la statistique la plus frappante : le taux de réussite du centre-ville est présentement dans une léthargie jamais vu dans ce millénaire. À 34.1%, les clubs n’ont jamais autant eu de difficultés, cette saison, à inscrire des 3 points depuis 1998-1999 (33.9%). Les Knicks de New York étaient en finale de la NBA cette saison… juste pour dire.

Dans une ère où les tirs à l’extérieur du périmètre font foi de tout, c’est comme si la NBA faisait presque un retour dans le temps, vers le tournant du millénaire. Quoique le volume demeure bien présent, à environ 36 lancers par équipe par rencontre, en moyenne.

En tout et partout, l’offensive rating dans la NBA en prend quelque peu pour son rhume. Une statistique qui estime le nombre de points marqués sur 100 possessions, le « ORTG » a descendu à 106.2, ce qui est une première depuis 2014-2015 (105.6).

Voyons voir si ces chiffres vont regonfler d’ici les prochaines semaines, et que ces chiffres ne sont en fait finalement que le résultat d’un échantillonnage trop petit.

Image par défaut
Pierre-Olivier Poulin
Publications: 227