Paul George surfe sur une séquence bouillonnante

Il est peut-être (beaucoup) trop tôt pour même commencer à parler du titre de MVP pour 2021-2022, mais si la conversation devait avoir lieu aujourd’hui, les noms de Paul George, Jimmy Butler et même Ja Morant seraient inévitablement mentionnés. Or, nous n’en sommes qu’à la troisième semaine d’activité dans la NBA… Malgré tout, nous trouvions pertinent de mentionner la production remarquable de PG-13 à Los Angeles, lui qui endosse le rôle de vedette primaire à merveille en l’absence de Kawhi Leonard.

Ses statistiques moyennes individuelles parlent d’elles-mêmes après sept rencontres de saison régulière :

  • 28.9 PTS
  • 7.7 REB
  • 4.7 AST
  • 3.0 STL
  • 50.7% au total
  • 42.2% du 3 points
  • 85.2% du lancer franc

Malgré la fiche de parcours de 3-4 des Clippers, George est parvenu à mener la ligue pour le nombre de points par match en plus d’ajouter déjà deux performances de 40 points ou plus à son bilan de l’année. Excellant également du côté défensif du ballon, PG mène le circuit au chapitre des vols par rencontre avec 3, juste devant Jimmy Butler, Gary Trent Jr, Marcus Smart et Alex Caruso.

Sa cote défensive (defensive rating) de 105.6 assez ordinaire est peut-être bien loin du meneur de la NBA Bam Adebayo, mais il s’agit tout de même d’une marque intéressante, parmi les 20 meilleures à travers tous les joueurs disputant 34 minutes ou plus par soir – une tranche de joueurs qui en compte plus qu’on pourrait le croire.

Sa plus récente prestation face aux Timberwolves du Minnesota au son de 32 points et 8 passes décisives a été instrumentale au gain par la marque de 126-115. S’il n’est pas un leader vocal comme l’a été Patrick Beverley dans le vestiaire des Clips, Paul George se lève quand même comme meneur incontesté en l’absence de Kawhi Leonard, et s’y prend par ses performances sur le parquet.

Néanmoins, Reggie Jackson (29 points, 8 passes), Nicolas Batum (20 points, 5 rebonds) et Terance Mann (17 points, 3 rebonds) l’ont épaulé adéquatement à Minneapolis mercredi soir, témoignant de cette force des Clippers que sera la continuité tout au long de la campagne.

En revanche, un long parcours éliminatoire est difficile à entrevoir pour cette unité sans l’apport d’un athlète comme Kawhi Leonard – qui, rappelons-le, est toujours en réhabilitation d’une chirurgie au ligament croisé antérieur du genou droit. Comme Leonard est connu pour le degré d’intimité avec lequel lui et son camp préfèrent gérer ses blessures, il est presque impossible de cibler une date pour son retour. Mais il pourrait bien rejoindre les siens au lancement de la prochaine danse printanière (selon le docteur Rajpal Brar).

D’ici là, George devra tenir le fort et assurer une posture confortable aux Clippers en vue des séries éliminatoires. S’il y parvient et que l’équipe intègre le top 3 ou 4 de la conférence de l’Ouest, il ne sera alors pas hors de question d’ajouter le small forward étoile de 31 ans dans la conversation au titre de Joueur le plus utile. Après tout, Paul George a déjà terminé troisième dans cette même course – et il jouait alors côte à côte avec Russell Westbrook.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 984