Les Sixers s’emparent du premier rang dans l’Est, même sans Simmons

Ben Simmons se dit toujours incapable de jouer pour des raisons de santé mentale, Tobias Harris a raté ses trois derniers matchs avec un cas positif à la COVID-19 et Joel Embiid n’est pas au sommet de sa forme… Pourtant, les 76ers de Philadelphie surfent sur une séquence de cinq victoires consécutives et prospèrent au travers de ces temps relativement difficiles.

Le dernier gain des Sixers qui arrivait jeudi soir face aux Pistons, au compte de 109-98, est en fait devenu un témoignage parfait de ce qui fonctionne si bien pour Doc Rivers et ses hommes depuis quelques temps. Malgré tous les fardeaux que doit traîner cette franchise cette année, et avec leurs trois vedettes absentes ou méconnaissables, Philly s’est tout de même emparé du premier rang de la conférence de l’Est, grâce à leur fiche de 7-2, détrônant le Heat de Miami qui s’est fait écraser par la défensive des Celtics jeudi.

Quel est donc le secret derrière cette drôle de recette gagnante? Il s’agit de Curry. Seth Curry, le tireur d’élite le plus prolifique de la NBA après presque trois semaines d’activité, pour être exact.

Le shooting guard partant des 76ers a élevé son jeu d’un cran jusqu’à présent en saison régulière pour porter le chapeau de meilleur marqueur de son équipe, sur une base presque quotidienne.

Hier soir contre Detroit, c’étaient 23 points que récoltait le cadet des frères Curry, suivant deux performances de 22 et 23 points, respectivement. Il en a également mis 28 à l’occasion d’une victoire contre OKC en octobre, et accomplit le tout sur des rendements époustouflants.

Réussissant neuf de ses 14 tentatives à son dernier match, Curry tire le ballon avec un taux d’efficacité total de 61.6% cette année – ainsi que de 53.1% de la ligne de 3 points. Moyennant 17.8 points par soir, Seth serait le premier joueur de l’histoire à enregistrer au moins 15 points par match sur des rendements égaux ou supérieurs à 60% du terrain et 50% du périmètre, si la saison terminait aujourd’hui.

Il mène d’ailleurs le circuit au chapitre du pourcentage de réussite de l’arche, pour tous ceux qui en décochent cinq ou plus par match, étant suivi de près par Carmelo Anthony avec 52.5% sur 6.8 tentatives par partie. Seth Curry est à égalité pour le neuvième rang quant au plus haut total de triplés réussis au fil du présent calendrier, avec 26. C’est une question de gènes, semble-t-il, tandis que son frère aîné est premier au classement avec 34.

Ce n’est pas rien pour le frangin parfois oublié de Steph Curry qui fonctionne si bien dans l’offensive de Philadelphie en l’absence de Ben Simmons et Tobias Harris. Lui et son acolyte de backcourt, le sophomore Tyrese Maxey, ont vu l’opportunité qui s’est présentée à eux puis l’ont accepté à bras ouverts. Il en va de même pour certains joueurs de second plan ayant offert d’excellentes contributions récemment comme Georges Niang, Shake Milton et même Andre Drummond.

Or, si l’organisation de Pennsylvanie peut se réjouir de voir leur formation gagner aussi fréquemment en dépit des distractions, il y a tout de même raison d’être un peu inquiet quant à la production de Joel Embiid depuis trois rencontres.

Le centre étoile qui engendrait plus de 28 points par match en 2020-2021 se trouve désormais à n’ajouter que 20.4 points et 8.8 rebonds moyens aux feuilles de matchs : ce qui ne représente pas d’horribles statistiques individuelles, mais qui est largement en deçà des attentes pour un joueur qui devait être l’un des favoris au titre de MVP à nouveau.

Certes, l’échantillon est minime et la campagne est extrêmement jeune, mais des récentes récoltes de 19, 18 puis 19 points entre quelques absences pour douleurs au genou soulève des questions. Est-ce que JoJo cache une blessure plus grave que ce qui est partagé publiquement? Devrait-il prendre davantage de repos, maintenant que son collectif est en posture confortable?

Après tout, le pivot de 27 ans avait confessé la semaine dernière qu’il prenait les parquets malgré une blessure au meniscus du genou droit. Depuis ses commentaires, Joel s’est absenté d’un seul des cinq affrontements des siens, avec le même motif.

alleyoop360.com-les-sixers-semparent-du-premier-rang-dans-lest-meme-sans-simmons-2021-11-05_09-51-12_983416
Crédit : AlleyOop360 – 28 octobre 2021

Nonobstant d’une jolie place au sommet de leur association, les Sixers n’en ont pas terminé avec leurs maux de tête et jouent au funambule entre l’optimisme et le pessimisme en vue du futur proche de cette unité. La conclusion du dossier Ben Simmons sera certaine, toutefois, d’apporter un nouveau degré d’harmonie au sein de la franchise. En revanche, la santé d’Embiid devra être une priorité à Philly, car le gaillard de 7 pieds est évidemment synonyme du succès soutenu de ce club.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 982