Grand duel de « Melo » au Staples Center

Dans une victoire in extremis des Lakers dans l’enceinte du Staples Center, le nom de Melo a pu retentir à plusieurs reprises alors que LaMelo Ball et Carmelo Anthony se livraient tout un duel. Derrière d’excellentes performances de Carmelo et Anthony Davis, en l’absence de LeBron James, L.A. a pu résister à un assaut important des Hornets de Charlotte en ajoutant un sixième gain au compteur – contre cinq défaites – par la marque finale de 123-126.

Au-delà du triple-double habituel de Russell Westbrook, du match presque « renaissance » de Davis et d’une forte production de Terry Rozier, c’était le combat des Melo qui offrait le meilleur spectacle lundi soir alors que les deux hommes au surnom identique signaient l’une de leurs meilleures prestations respectives de la campagne.

Dans le camp perdant, le benjamin de la famille Ball ajoutait 25 points, 15 rebonds et 11 mentions d’aide à la feuille de statistiques, récoltant son deuxième triple-double en carrière. Il devient d’ailleurs le plus jeune athlète de l’histoire du circuit à enfiler 25 points ou plus, 15 rebonds ou plus et 10 passes ou plus.

LaMelo n’a peut-être pas été en mesure de mener ses hommes vers la victoire – crédit donné à la défensive du Lakeshow –, mais il a tout de même été épaulé plus qu’adéquatement par certains de ses collègues. Gordon Hayward (21 points, 6 rebonds), Miles Bridges (19 points, 2 vols) et Mason Plumlee (13 points, 10 rebonds) ont tous bien fait comme titulaires, mais c’était également Terry Rozier qui brillait au Staples Center pour Charlotte.

Le shooting guard aux statistiques individuelles à la baisse cette année se réveillait pour mettre 29 points lors de la rencontre, sur un rendement total de 50%. Son acolyte de backcourt lui a néanmoins volé la vedette avec son triple-double et ses jeux importants en fin de soirée.

En parlant de voler la vedette, Anthony ne peut vraisemblablement rien faire de mal pour le Mauve et Or, lorsqu’il dispute ses matchs à domicile. En fait, à travers huit parties à la maison, Melo maintient déjà 20.6 PTS et 3.9 REB de moyenne sur des taux d’efficacité ahurissants de 57.4% du terrain et 64.4% du périmètre, le tout avec une cote de +54. Rappelons qu’il opère en sortie de banc à tous les soirs.

L’histoire n’était pas bien différente lundi à Los Angeles lorsque le vétéran de 37 ans amassait 29 points des plus efficaces : 9/13 au total et 7/10 de la ligne à 3 points. Tel un lance-flamme, Anthony faisait flèche de tout bois en solidifiant son statut comme l’un des trois ou quatre plus prolifiques joueurs de deuxième unité de la ligue, pour cette année.

Certes, Tyler Herro, Buddy Hield, Montrezl Harrell et Jordan Clarkson font tous de remarquables choses pour leur club respectif, mais le numéro 7 des Lakers ajoutera définitivement son nom dans la course au Sixième homme de l’année s’il poursuit sur cette lancée.

Le seul hic, c’est qu’on retrouve un différent Melo sur la route. C’est vrai, le contraste entre ses performances à domicile et comme visiteur est comme le jour et la nuit. En trois rencontres à l’étranger, Carmelo Anthony enregistre seulement 9.7 points par soir, en tirant le ballon à 28.6%, en presque autant de tentatives qu’au Staples. Son tir à 3 points va lui aussi chuter jusqu’à un taux de conversion répugnant de 6.3%…

Alors que l’échantillon est extrêmement limité, il ne devrait pas y avoir raison de trop s’inquiéter; les Lakers ont disputé beaucoup plus d’affrontements à la maison qu’à l’extérieur. Tout de même, il faudra garder un œil sur la production du small forward secondaire sur la route, car si de telles difficultés persistent, il y aura alors peut-être de quoi s’alarmer.

En ce qui a trait à l’autre Anthony du groupe, nous avions droit hier à une monstrueuse performance comme celles auxquelles nous avons droit presque quotidiennement lorsqu’il est en pleine forme. AD retrouvait apparemment son aise contre les Hornets et a su tirer son épingle du jeu avec 32 points, 12 rebonds, 4 assistances, 3 vols de ballon et 5 blocs. S’il a raté ses trois essais de l’arche, le power forward étoile est quand même parvenu à convertir 52% de tous ses tirs.

Le Lakeshow accueillera prochainement le Heat, les Timberwolves, les Spurs puis les Bulls au Staples Center, avant de finalement connaître un road trip à l’Est, long de cinq matchs. James devrait réintégrer l’alignement d’ici là, mais les Lakers seront prudents avec la santé du King.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 980