Westbrook plutôt que DeRozan : du regret chez les Lakers?

Au fil de la plus plus récente saison morte de la NBA, DeMar DeRozan a rencontré LeBron James et Anthony Davis afin de discuter d’une union des trois hommes dans les couleurs des Lakers. Quelques semaines plus tard, Los Angeles optait plutôt pour l’acquisition de Russell Westbrook, alors que DeMar rejoignait quant à lui les Bulls de Chicago. Lundi soir, le shooting guard a enregistré 38 points face aux Lakers, au Staples Center, pour mener tous les marqueurs de la soirée.

Est-ce que Rob Pelinka et son état-major ont commis une erreur en choisissant Westbrook?

Certains internautes, particulièrement sur Twitter, vous dirons que oui. Mais il est toujours impossible de répondre à cette question, qui n’obtiendra pas réellement sa réponse avant longtemps.

Selon Shams Charania et Sam Amick de The Athletic, le directeur général du Lakeshow « a fortement considéré une entente » avec DeRozan. Dans cette optique, certains pourraient affirmer qu’il se mord désormais les doigts, après le début difficile de Russ et des Lakers, et la sortie en lion de DeRozan et les Bulls. Or, les deux clubs n’ont disputé que 15 et 14 joutes, respectivement; patientons avant de sauter aux conclusions.

Lundi, dans le cadre d’une autre victoire convaincante des Bulls au compte de 121-103, L.A. s’est écroulée sous les quatre revirements de Russell Westbrook et son rendement de 0/6 du royaume des 3 points. Le Brodie a peut-être inscrit 25 points, 6 rebonds et 8 passes décisives pour les siens, en tirant tout de même le ballon à 42% pour la soirée, mais sa cote de -13 et quelques jeux douteux vers la fin de la rencontre ont été de parfaits témoignages du séjour de Westbrook à Los Angeles jusqu’à présent.

Certes, le roi des triple-doubles continue de publier des statistiques individuelles ahurissantes, de soir en soir, mais ceux qui examinent les matchs des Lakers vous admettront qu’il apporte parfois plus de mal que de bien. Les léthargies de début de campagne qu’avait connu Westbrook avec son tir peuvent d’ailleurs être partiellement à blâmer pour la fiche quelque peu décevante de 8-7 que présente l’équipe – bonne pour une septième place dans l’Ouest.

De l’autre côté du Staples Center, hier soir, un DeMar DeRozan toujours en deuil après le décès de son père retrouvait sa ville natale de Los Angeles. Il jouit du deuxième rang dans la conférence Est et obtient même de la considération précoce pour le titre de MVP, en raison de ses prouesses sur le terrain. Le vétéran de 32 ans récolte en moyenne 26.9 PTS, 5.4 REB et 4.1 AST par rencontre en 2021-2022 : des stats plus que dignes de sa meilleure campagne lorsqu’avec les Raptors de Toronto.

Le contraste entre Russ et DeMar cette année est loin d’être évident sur papier, mais le succès de leurs formations démontre qu’il est là. Pourtant, l’un des deux hommes a un trophée de MVP chez lui et l’autre non. Il va aussi sans dire que l’ancien Raptor et son meilleur ami Kyle Lowry auraient eu fière allure vêtus de mauve et or, comme les rumeurs le voulaient à un certain moment l’été dernier. Cependant, le destin en a voulu autrement.

Le Heat, les Lakers et peut-être même les Bulls demeurent toutefois parmi les favoris au prochain titre de la NBA. Si l’échange d’Hollywood pour aller chercher Russ peut aujourd’hui sembler comme un choix regrettable, rien n’est encore décidé pour cette unité. Idem pour Chicago, qui n’a rien prouvé à long terme encore avec la sienne. L’évaluation de la décision Westbrook/DeRozan n’aura pas de légitimité avant qu’au moins les prochaines séries éliminatoires connaissent leur conclusion. À suivre.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 969