Le bonheur des Suns fait le malheur des autres

Une rencontre chaudement disputée entre les Suns et les Trail Blazers mardi soir s’est terminée avec un écart de peut-être seulement 4 points, mais elle est devenue un point marquant pour les deux clubs – particulièrement pour le parti perdant. Un sixième revers consécutif pour les Blazers tout juste à l’aube d’une soirée potentiellement mouvementée dans la NBA n’a rien de bon, outre une performance géniale de Damian Lillard.

Dans l’enceinte du Moda Center, à Portland, Lillard a mené sa troupe aussi bien qu’il le pouvait face aux robustes Suns de Phoenix, les détenteurs de la deuxième meilleure fiche du circuit. Mais le tout a été en vain. Dame s’est illustré grâce à 31 points, 2 rebonds, 10 mentions d’aide et même un tir bloqué dans une cause perdante, au compte de 111-107. Il a également été auteur de cinq tirs à 3 points réussis durant l’engagement, venant sur un rendement toutefois moins appréciable de 31.3%.

Tout de même, l’efficacité de la superstar de Portland était supérieure à ses moyennes de saison, dans l’échantillon d’hier soir, ce qui n’est encourageant qu’en surface. Bien malheureusement pour son collectif, les Trail Blazers tombent maintenant à une fiche de 11-17, à égalité avec les Kings de Sacramento pour le 10e échelon de la conférence de l’Ouest.

Afin de bien mettre en évidence leurs déboires, les hommes de Chauncey Billups goûtaient à une sixième défaite de suite, mais il s’agissait également d’une neuvième en 10 matchs. Leur cote défensive bonne pour la poubelle (29e de la NBA) se combine aux rumeurs incessantes entourant autant Lillard que le reste de l’organisation, et l’atmosphère est tendue.

Ces difficultés arrivent à un bien mauvais moment pour les joueurs du club qui ne peuvent s’empêcher d’entretenir un certain degré d’incertitude quant à leur futur en Oregon, alors que le 15 décembre marque la journée où les contrats négociés cet été peuvent officiellement être échangés. Les attentes sont donc que des transactions auront lieu au fil de la journée, ou du moins entre mercredi et la date limite des transferts du 10 février 2022.

CJ McCollum, particulièrement, n’a pas dû avoir la meilleure nuit de sommeil après l’affrontement; certaines rumeurs veulent que son nom soit le premier à quitter Portland en cette période de transition pour la franchise venant tout juste de renvoyer son directeur général de longue date.

Jake Fischer de Bleacher Report a clamé mercredi que Jusuf Nurkic et Robert Covington seraient aussi disponibles sur le marché des transactions. Ces propos sont cependant à prendre avec un grain de sel, puisque rien ne confirme qu’ils proviennent de sources sûres.

Contraste

À l’opposée du spectre se trouvent les Suns, qui jouissent d’un bilan de 22-5 et prouvent de soir en soir que leur apparition en finale cet été n’avait rien à voir avec la chance. Et à travers tout ce succès, Chris Paul défie les notions préconçues de la vieillesse en trônant même au sommet de la ligue comme le joueur le plus clutch en 2021-2022.

Certains pourraient d’ailleurs affirmer qu’il a supplanté Damian Lillard comme le nouveau « Mr. Clutch » de la NBA, lui qui présente un rendement de 61% cette année en situations de fin de rencontre serrées, dites clutch (c’est-à-dire lorsque la marque est à 5 points d’écart ou moins lors des 5 dernières minutes).

En contrepartie, Dame D.O.L.L.A. n’en est qu’à 28% du terrain dans ce genre de scénarios après 22 rencontres. La disparité était parfaitement illustrée hier par la récolte de 3/6 de CP3, contre seulement 1/6 au tir de Dame, à travers la fenêtre de temps clutch du match. Où est passé Dame Time?

Phoenix présente également une cote de +60 lorsque leur Point God est sur le parquet durant les moments clutch de la saison. Il s’agit de loin de la meilleure du circuit.

Une autre belle prestation mardi était signée par Deandre Ayton, lui qui inscrivait un nouveau plateau personnel de points pour le présent calendrier régulier. Ses 28 points représentaient en fait son plus haut total depuis le mois de février 2020. En les agrémentant de 13 rebonds et 2 vols de ballon, Ayton a été une force de la nature sous l’anneau dans la victoire.

Vraisemblablement, ces deux formations au duo de backcourt élite ne vont pas du tout dans la même direction. Pourtant, il y a environ deux ans, le contraire pouvait être dit de Portland et Phoenix. Des changements sont donc à prévoir du côté de ces premiers, qui souhaiteront égaler ou surpasser le degré de succès des hommes de Monty Williams, pour ne pas faire fuir leur grande vedette. À suivre.

À lire :

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 1053