Le Thunder a besoin de Shai Gilgeous-Alexander pour gagner

Il n’y a personne dont la présence est plus cruciale que Shai Gilgeous-Alexander, si le Thunder d’Oklahoma City souhaite remporter des matchs. Si cette affirmation est une évidence, compte tenu qu’il est le meilleur joueur de l’équipe, elle est d’autant plus vraie lorsqu’on considère son pourcentage de victoires lorsqu’il s’absente.

Mercredi soir, par exemple, le shooting guard de 23 ans affrontait les Nuggets de Denver. Avec un triple-double de 27 points, 11 rebonds et 12 passes décisives, son deuxième en carrière, il a permis à OKC de l’emporter haut-la-main, 108-94.

En 27 parties cette saison, Gilgeous-Alexander comptabilise des moyennes de 21.8 PTS, 4.8 REB et 5.1 AST, un rendement suffisant pour qu’il fasse minimalement partie de la conversation en vue du Match des étoiles.

Clairement, il est celui qui réussit le mieux pour le Thunder depuis que Russell Westbrook a quitté le bateau, il y a trois ans.

Comme le site spécialisé StatMuse l’a souligné, les chances qu’Oklahoma City ressorte d’un duel comme gagnante sont drastiquement plus élevées lorsque SGA est en uniforme.

En fait, elles sont de 53.0% s’il joue – et de 16.7% s’il est absent. C’est pratiquement le triple.

Ces chiffres touchent les trois dernières saisons, depuis que Shai a été acquis via transaction en provenance des Clippers de Los Angeles. Comme le Thunder possède l’un des alignements les plus jeunes de l’association, la présence d’un meneur aguerri pour son âge est nécessaire. Il est donc logique qu’ils perdent sans lui.

Cette année, OKC tient le 13e échelon dans l’Ouest, faute d’un piètre dossier de 11-19. Seuls les Pelicans et les Rockets se classent plus bas dans cette conférence.

Image par défaut
William Thériault
William est un véritable passionné d'actualité et d'information. Rêveur se démenant au quotidien, il a le journalisme pour vocation. Le sport, c'est son amour de jeunesse.
Publications: 884