Je me souviens : le triomphe des Bucks

Publié le 20 juillet 2022 par Jean-Christophe Dion

Il y a un an jour pour jour, les Bucks de Milwaukee ont complété la remontée pour remporter la finale de la NBA. Les Bucks ont gagné quatre matchs de suite face aux Suns de Phoenix après avoir tiré de l'arrière 2-0 dans la série. C'était alors Giannis Antetokounmpo qui avait cloué le cercueil des Suns avec 50 points.

La saison 2020-2021, une des plus bizarres de l'histoire, prenait fin il y a an.

Une majorité des parties jouées à huis clos, des blessures constantes et une deuxième finale en neuf mois. L'équipe pouvant sortir championne de cette campagne allait gagner un des championnats les plus difficiles. Tant d'un point de vue mental que physique, la saison 2021 n'était pas de tout repos.

Les hommes de Mike Budenholzer ont terminé troisièmes dans l'Est. En 2020, Milwaukee était au sommet de la conférence. Avec un pourcentage de victoires nettement inférieur à l'année précédente, l'addition de Jrue Holiday ne montrait pas les résultats espérés.

Les Bucks sont arrivés en séries éliminatoires avec un esprit de revanche. L'année d'avant, ils se sont inclinés face au Heat de Miami en deuxième ronde. Giannis était maintenant perçu comme un excellent joueur incapable de capitaliser sur la grande scène.

Son contrat devait finir au terme de la saison. La rumeur envoyait Antetokounmpo à Miami, par contre, le Grec a renouvelé son entente pour rester à Milwaukee à long terme.

En première ronde, les Bucks ont balayé le Heat. Une domination totale, l'écart moyen durant la série était de 20.5 points. Six joueurs des Bucks ont maintenu une moyenne supérieure à 10 points par match et Jrue Holiday a affiché 9.8 passes décisives par rencontre.

Le vrai test attendait à Brooklyn, où Kevin Durant, James Harden et Kyrie Irving avaient également dominé leurs adversaires de premier tour. Dire que la série a été une montagne russe serait un euphémisme. Les Nets ont complètement anéanti les Bucks durant les deux premières parties. Malgré une blessure à James Harden au début du premier affrontement, l'offensive de Brooklyn était tout simplement invincible.

Kyrie Irving a mal atterri sur un pied au match numéro trois, une foulure de sa cheville était diagnostiquée et son retour était indéfini, voire impossible. Malgré des performances plus qu'historiques de Kevin Durant, les Bucks se sont littéralement sauvés en sept parties. Khris Middleton et Giannis Antetokounmpo ont combiné leurs efforts pour 56.2 points par match en route pour la demi-finale.

Les jeunes Hawks d'Atlanta avaiten tout le momentum au monde. Après avoir vaincu les Knicks et les 76ers, Trae Young et ses coéquipiers espéraient poursuivre leur parcours imprévisible. Les Bucks ont dit non en six duels derrière 72.2 points par match de la part de Giannis, Khris Middleton et Jrue Holiday.

Pour la première fois de depuis 1974, les Bucks de Milwaukee atteignaient la finale de la NBA.

Ce ne fût pas sans difficulté. Tirant de l'arrière 2-0 face aux Suns, Chris Paul, Devin Booker et Deandre Ayton semblaient être impossibles à contenir. Vous l'aurez deviné, les Bucks ont enfilé trois performances incroyables derrière Giannis Antetokounmpo. Ces derniers sont retournés à Milwaukee à 48 minutes du championnat.

C'est le match numéro six, Chris Paul est dérangé par une blessure et Giannis est affamé d'une première bague. Les Bucks dominent le premier quart 29 à 16, mais les Suns explosent au deuxième et rentrent au vestiaire en avant 47-42. Jusqu'à ce point, Antetokounmpo est le seul joueur de son équipe à jouer au niveau de ses standards avec 17 points.

Ce n'était pas suffisant et le Greek Freak a élevé son jeu d'un cran improbable, 20 points au troisième quart et c'est maintenant égalité.

Les 13 points et 2 contres de Giannis propulsent les Bucks vers la célébration au terme du quatrième quart.

50 PTS, 14 REB et 5 BLK seront des chiffres gravés à jamais dans l'histoire du basketball. Le trophée Bill Russell du Joueur le plus utile de la finale est remis à Antetokounmpo pour sa performance indéniable de reconnaissance.

Il y a un an aujourd'hui, une saison bizarre devenait mémorable, une équipe historiquement médiocre devenait championne et un joueur du nom de Giannis Antetokounmpo devenait une légende du sport.

Partage

Par Jean-Christophe Dion

Nos partenaires

Attitude Football
Passion MLB
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram