La course au MVP s'intensifie entre Embiid, Jokić et Antetokounmpo

Publié le 04 avril 2022 par Maël Brunet

Alors que la saison régulière 2021-22 touche à sa fin, l'issue de la course pour le précieux trophée de Joueur par excellence est de plus en plus floue. Depuis une semaine, Nikola Jokić, Joel Embiid et Giannis Antetokounmpo se mènent un combat sans merci, enchaînant les performances d'anthologie, pour marquer les esprits avant les séries éliminatoires. Cette nuit encore, deux d'entre eux ont affolé les compteurs.

Les grosses performances s'accumulent alors que la saison s'achève et la question de savoir qui remportera le trophée Maurice Podoloff est sur toutes les lèvres. Les prétendants se font nombreux, mais s'il y en a un qui a figuré en tête du classement durant la presque entièreté de la saison, c'est bien Nikola Jokić. Le MVP en titre a assumé son statut toute l'année et moyenne à 26.8 PTS, 13.7 REB, 8 AST, 1.4 STL et 0.9 BLK. Il figure parmi les 10 joueurs les plus prolifiques de la ligue dans la catégorie des points, des rebonds et des passes décisives. En plus de réaliser cet exploit en seulement 33.3 MIN par match, Jokić peut se targuer d'être l'un des joueurs les plus « propres » de la NBA. Il tire avec une efficacité globale de 58.3%, un pourcentage de 33.9% à 3 points et un étonnant 81.1% depuis la ligne de charité.

Si le MVP récompense le joueur le plus indispensable pour son équipe, alors le trophée lui revient de droit. Cette nuit encore, le Serbe aura été partout. Avec 38 points, 18 rebonds, 6 passes décisives, 3 interceptions et 2 contres, il a été le principal artisan du gain de Denver sur le parquet des Lakers. Pourtant, il a commencé la rencontre assez timidement. Ne trouvant pas ses marques durant la première mi-temps, c'est surtout dans la seconde période qu'il aura laissé son empreinte. Malgré ses 7 pertes de balle, Jokić a su guider son équipe jusqu'à la victoire alors que les deux formations ne parvenaient pas à se départager à quelques minutes du terme. Ce revers 129-118 semble anéantir les derniers espoirs d'après-saison de Los Angeles.

Cette victoire, combinée à une nouvelle défaite du Jazz samedi, permet aux Nuggets de s'emparer de la cinquième place à l'Ouest. Bien que le doute ait été permis durant la saison, il faudra bien compter sur la franchise basée dans le Colorado pour les séries éliminatoires. Sans l'apport du Joker, difficile d'imaginer cette équipe rallier ne serait-ce que le tournoi de play-in. Trop justes pour avoir l'avantage du terrain, les hommes de Michael Malone ne devraient cependant pas avoir besoin de passer par ce dernier.

Le bilan collectif est ce qui aurait pu le plus faire défaut à Jokić, lui qui évolue sans Michael Porter Jr. et Jamal Murray, ses deux principaux lieutenants. Malgré ce considérable manque de soutien, les Nuggets ont remporté 47 rencontres et le Serbe n'a donc qu'un gain de retard sur Joel Embiid et Giannis Antetokounmpo, qui en ont gagné 48 chacun. Ainsi, la plus grande faiblesse du Joker pourrait finalement devenir sa plus grande force.

Malgré la performance de Jokić, Joel Embiid lui a volé la vedette hier soir. Comme souvent cette saison, les deux géants se rendent coup pour coup et semblent prendre plaisir à installer le doute dans l'esprit des votants pour le titre de MVP. À l'image de son homologue Serbe, le centre Camerounais réalise peut-être sa meilleure saison en carrière. Il moyenne 30.2 PTS, 11.6 REB, 4.2 AST, 1.1 STL et 1.5 BLK. Il s'agit tout simplement de ses sommets aux points et aux mentions d'aide. Globalement moins adroit que son concurrent (49.3%), Embiid se rattrape derrière l'arc où il convertit 36.8% de ses tentatives. Alors qu'il se rend 11.8 fois sur la ligne de charité, il convertit 9.6 lancers francs par match, soit 81.7% de ses tentatives.

Malgré une victoire difficile (112-108) sur le parquet des Cavaliers hier soir, le Process a encore été monstrueux. Face au jeune effectif de J.B Bickerstaff, il termine la rencontre avec 44 points, 17 rebonds, 3 mentions d'aide, 1 interception et 5 contres. Le tout avec très peu de déchets. Il a rentré 12 des 26 tirs qu'il a tenté, dont trois de ses six tentatives derrière l'arc. En plus de cela, il s'est rendu 20 fois sur la ligne de charité et a converti 17 lancers. Son match lui permet de prendre de l'avance sur Giannis Antetokounmpo dans la course au meilleur marqueur de la saison. Il est toujours devancé par LeBron James, mais ce dernier ne sera éligible que s'il joue deux rencontres de plus. Hors, il ne reste que 3 matchs aux Lakers cette saison et l'ailier est toujours blessé.

Collectivement, les résidents du Rocket Mortgage FieldHouse ont bien répondu aux assauts du Camerounais, en particulier Darius Garland et Caris LeVert, mais l'absence de Jarrett Allen dans la raquette de l'Ohio se fait trop ressentir. Du côté des Sixers, James Harden a bien épaulé son coéquipier en terminant la rencontre avec 21 points, 10 rebonds, 10 passes décisives et ce malgré neuf tirs manqués en 13 tentatives.

C'est sûrement l'aspect qui pourrait le plus porter préjudice à Joel Embiid dans la course au MVP. Ses coéquipiers ont parfois manqué de constance, mais même sans son joueur vedette, Philadelphie reste une bonne équipe. Ben Simmons n'a pas joué le moindre match, mais Embiid a pu compter sur Seth Curry et Andre Drummond une bonne partie de la saison. De plus, Tyrese Maxey n'a cessé de progresser durant l'année. Enfin, les Sixers se sont renforcés avec l'arrivée du MVP 2018 lors la pause du match des étoiles.

Vient le tour de Giannis Antetokounmpo. Le Grec fait évidemment parti du trio de tête dans la course au MVP mais semble en retard sur ses deux concurrents. Il réalise pourtant une nouvelle saison plus que mémorable. Avec des moyennes de 30.1 PTS, 11.6 REB, 5.8 AST, 1.1 STL et 1.4 BLK, il confirme qu'il est l'un des, peut-être le, meilleurs joueurs du monde. Il réalise lui aussi sa meilleure saison en carrière dans la catégorie des points et a un temps de jeu plus faible que ceux de Jokić et Embiid.

Contrairement à eux, il n'aura pas brillé hier. Son équipe s'est inclinée sur la marque de 118 à 112 contre Dallas. Avec ses 32 points, 8 rebonds, 15 passes décisives et 3 interceptions, Luka Dončić n'a laissé aucune chance aux Bucks. Giannis Antetokounmpo s'est fait plus discret et n'a pas eu son impact habituel. En 40 minutes, il a compilé 28 points, 10 rebonds, 2 mentions d'aide et 2 interceptions. Cet écart ne fera cependant pas oublier ses deux dernières sorties. Le 29 mars dernier, il avait inscrit 40 points, 14 rebonds et le contre de la gagne sur un tir de Joel Embiid, relançant ainsi les débats autour du MVP. Deux jours plus tard, dans le choc contre Brooklyn, il avait réitéré l'exploit avec 44 points, 14 rebonds et un tir décisif derrière l'arc pour envoyer les deux équipes dans un temps supplémentaire remporté sans trembler par Milwaukee.

Ses récents exploits ne permettront sûrement pas au Greek Freak de rattraper son retard. Cependant, Antetokounmpo possède un argument de taille qui vient démontrer son importance majeure. Il pourrait remporter le trophée de Défenseur de l'année pour la seconde fois de sa carrière. Il est l'actuel favori pour succéder à Rudy Gobert. De plus, son équipe est encore en compétition pour la deuxième place de la conférence Est.

Partage

Par Maël Brunet

1 2 3 15

Nos partenaires

Attitude Football
Passion MLB
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram