James Worthy fustige les joueurs de la NBA

Publié le 27 mai 2022 par Louis-Éric Masse

James Worthy, membre du Temple de la renommée du basketball, sélectionné sept fois au match des étoiles, trois fois champion, dont une fois le récipiendaire du MVP des finales n’est visiblement pas impressionné par les joueurs d’aujourd’hui.

« Tout ce qu’ils font c’est pratiquer leurs tirs de trois points, soulever des poids, se faire tatouer, tweeter et aller sur les réseaux sociaux. »

James Worthy

Évidemment, il y a un contexte à tout cela. Les séries éliminatoires de cette année, en particulier les finales de conférence ont été plutôt décevantes selon plusieurs. Les chiffres le montrent : dans les 35 dernières parties disputées, seulement 29 minutes ont été considérées comme des clutch situations (écart de cinq points ou moins avec moins de cinq minutes à faire au temps réglementaire ou prolongation).

Le suspense dans les séries éliminatoires patauge dans un creux de vague | AlleyOop360
À croire que les équipes ne veulent plus juste gagner, mais bien annihiler l'adversaire le plus fort possible.
alleyoop360.com

L’ancien joueur des Lakers de Los Angeles croit que tout cela est dû à l’attitude des joueurs d’aujourd’hui. En effet, on voit de plus en plus de joueurs refuser d’aller à l’université ou d’y rester plus d’un an. Toujours selon lui, les joueurs ne connaissent donc plus les aspects fondamentaux du sport et ne tentent que des tirs du centre-ville.

Les exemples que Worthy donne ne sont pas piqués des vers : Kareem Abdul-Jabbar (4 ans à l’université), Michael Jordan (3 ans) ou même Isiah Thomas qui a joué deux ans en Indiana. Le retraité de 61 ans estime que ces trois joueurs pouvaient tout faire sur un terrain, et ce, grâce à leur expérience à l’école.

Pour l’instant, une seule vedette actuelle a réagi à ce commentaire, Kevin Durant. (Qui d’autre ?) KD a acquiescé en disant qu’en effet, c’était mieux dans le bon vieux temps. 

Worthy a aussi abordé le fait qu’aujourd’hui, la plupart des jeux se transforment en iso. De ce qu’il a observé, tous les matchs se jouent à un contre un.

« Bill Russell m’a déjà dit qu’ils avaient cinq options sur le même jeu. On ne voit plus ça de nos jours. »

James Worthy

Et les mauvaises langues diront qu’on ne voit plus de parties serrées non plus, du moins ces temps-ci…

Partage

Par Louis-Éric Masse

Nos partenaires

Attitude Football
Passion MLB
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram