Darvin Ham ne ressent pas la pression qui vient avec son nouveau poste

Publié le 07 juin 2022 par Liam Houde

Un nouvel emploi avec plusieurs astérisques cachés, un tas de pression sur les épaules et un alignement de vedettes vieillissantes. Voilà dans quoi s'est engagé Darvin Ham en acceptant de devenir le prochain entraîneur-chef des Lakers de Los Angeles. Alors que cette description de tâche aurait pu faire peur à bien des gens, l'ancien adjoint de Mike Budenholzer fait face au défi avec confiance. Il dit même ne pas être déconcerté par le poids et les attentes qui viennent avec la job.

« J'ai grandi à Saginaw, au Michigan. On m'a tiré par balle au visage par accident, le 5 avril 1988. Si tu fais face à quelque chose comme ça, il arrivera une de deux choses; soit tu deviendras craintif, soit tu deviendras sans peur (fearful or fearless). Ça m'a rendu sans peur. Je ne sens pas la pression, c'est du basketball. »

DARVIN HAM

Les Lakers ont procédé au congédiement de Frank Vogel après trois campagnes à la barre du club, à la suite d'une saison 2021-2022 hautement décevante, où L.A. ne s'est même pas qualifiée pour le tournoi de play-in après avoir mis sur pieds un soi-disant Big Three de LeBron James, Anthony Davis et Russell Westbrook.

N'ayant remporté que 40% de ses matchs de calendrier régulier cette année, l'entraîneur-chef de l'équipe a été blâmé en grande partie pour ses déboires, puis relevé de ses fonctions, sans grande surprise. Toutefois, la planète basket sait que toute la faute pour la déception qu'a été la saison du Lakeshow ne revient pas qu'à Vogel; un amalgame de facteurs incluant des blessures, des performances atroces pour certains joueurs – particulièrement Westbrook – et un effectif âgé, construit de façon déséquilibrée en est pour beaucoup.

À titre de note, c'était Vogel qui était chef d'orchestre de la conquête de championnat, dans le cadre de la bulle d'Orlando, en 2020. Il a remporté 66,7% de toutes ses parties de séries éliminatoires et 56,4% en saison régulière derrière le banc des Lakers, soit un meilleur dossier qu'à ses passages en Indiana et à Orlando.

Frank Vogel et Alvin Gentry congédiés, Chris Finch prolongé | AlleyOop360
L'entraîneur-chef des Lakers et des Kings a été mis à la porte à la suite de saisons décevantes.
alleyoop360.com

Il s'agit néanmoins d'un nouveau jour en Californie pour la formation du grand LeBron James : un coach plus jeune et reconnu pour ses bonnes relations avec ses joueurs arrive à titre de « sauveur » sous la forme de Darvin Ham. Or, il ne faut pas oublier que nous parlons ici du Mauve et Or, l'une des équipes sportives les plus (sur)analysées sur Terre, où on s'attend à rien de moins que l'excellence.

Ajoutons à tout cela le challenge Westbrook posé par le refus des dirigeants comme Rob Pelinka de se défaire du meneur de jeu de 33 ans. James a 37 ans et la fenêtre d'opportunité qu'il offre rétrécit à chacun de ses anniversaires, puis AD – à seulement 29 ans – ne semble pas en mesure d'éviter l'infirmerie, lui qui n'a joué que 76 affrontements en deux ans.

En combinant tous ces éléments, on constate l'importance du défi auquel sera confronté Ham. Défi qui, tout de même, de le perturbe pas.

« J'ai vu de la vraie pression dans la vie, alors pour moi, [ce challenge], c'est le fun. »

Darvin Ham au sujet de son emploi chez les Lakers

Mon collègue Maël Brunet écrivait d'ailleurs au sujet de la bonne colle que pose la situation de point guard titulaire des Lakers (parce que Russ rit littéralement à l'idée de commencer les rencontres sur la banc) et l'approche qu'aura le nouvel entraîneur avec son numéro 0.

Le cas Russell Westbrook au cœur de la signature de Darvin Ham | AlleyOop360
Il a été demandé à chaque candidat au poste d'entraîneur-chef comment il comptait intégrer le meneur dans l'effectif.
alleyoop360.com

Si plusieurs yeux seront rivés sur Russell Westbrook dès l'automne prochain à L.A., ainsi que sur le rôle qu'il aura, il sera tout aussi important d'examiner l'utilisation de Davis au sein des schémas offensifs et défensifs des hommes en jaune. En conférence de presse lundi, Darvin Ham a même identifié son power forward comme étant « la clé » des succès de la franchise en 2022-2023.

« Sa boîte à outils, sa taille, son flair défensif, son acharnement défensif sont clé. Ce sera la fondation pour le type de standard que nous établirons. »

Darvin Ham au sujet d'Anthony Davis

Sur les parquets à l'occasion de 40 joutes cette campagne, AD était productif malgré tout lorsque sa santé le lui permettait. Il a su maintenir des moyennes de 23.2 PTS, 9.9 REB, 3.1 AST, 1.2 STL, 2.3 BLK et un rendement de 53% au tir à travers ses apparitions, sans toutefois participer au Match des étoiles.

S'il est en mesure d'éviter les blessures, Anthony Davis sera effectivement crucial aux accomplissements des siens. D'autres absences prolongées le seraient tout autant, mais pas pour les mêmes raisons. Reste à voir comment se déroulera le reste de l'entre-saison des Lakers de Los Angeles, question de mettre la table pour une importante saison à venir.

Rasheed Wallace pourrait rejoindre les Lakers de Los Angeles en tant qu'assistant | AlleyOop360
Darvin Ham précise toutefois que rien n'est encore signé officiellement.
alleyoop360.com

Darvin Ham fait le ménage parmi ses assistants | AlleyOop360
Il a notamment décidé de ne pas conserver David Fizdale, Mike Penberthy et John Lucas III.
alleyoop360.com

Partage

Par Liam Houde

Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.

Nos partenaires

Attitude Football
Passion MLB
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram